Réseau maintenance

Réseau maintenance francophone
Association française des ingénieurs et responsables de maintenance

 

Outils & Services    |    Fréquentes questions    |    Contact    |    Plan du site    |    Adhérents    |    GT
Afim
Adhésion
Association
Régions
 
Actualité

Agenda
Conférences
Lettre & RMD

L'Afim sur la Toile
Suivez l'Afim sur facebook
Suivez l'Afim sur twitter
 

ec@t-npmi.com

e-catalogue
Afim-Komerko
eCl@ss France
Conférences
 

Emploi
Fiches métiers
Trophée Frontinus
Offres / Demandes
Baromètre
Conférences
 
Formation
Formations Afim
Diplômes nationaux
Référentiels formation
SST
Conférences
 
SST - Risques
C'est arrivé...
Sécurafim
Analyse des risques
Données clés
Référentiels SST
Risques & MP
Prévention
Réglementation
Obligation formation
Risques industriels
Conférences
 
Marchés
Observatoire RM
Prestataires
Etudes de marché
Contrat type
Réglementation
Conférences
 
Normalisation
Normes & documents
Glossaire internat.
 
Gestion des actifs
Réglementation
GMAO
Diagnostic
Pathologie
TPM
Immobilier
Conférences
 
Publications
Guide national
Sécurafim
USB Privilège
Sciences & Maint.
Contrat type
Carnet ap. levage
Lettre RMD
Magazine
Ouvrages
GMAO
Diagnostic
Bibliothèque
Presse
 
Rencontres
AG Afim
Forum Afim
Innova-Maint.
Maint. Expo
Préventica
Euromaintenance
Conférences
 
Contacts utiles
Par thème
France
Europe
International
Francophonie

C'est arrivé dans les usines...

Flash électrique sur basse tension - Septembre 2006
Suite au repérage thermographique d'un défaut sur un sectionneur (500 V, 40 A), une entreprise extérieure est chargée d'effectuer un diagnostic de la défaillance en vue de la remise en état de l'équipement. L'installation est en service, sous tension. Sur place, les électriciens constatent que la plaque de protection en plexiglas placée sur le sectionneur s'est échauffée : elle est totalement noircie et s'est déformée. Les fusibles ne sont plus apparents. Alors qu'habituellement le retrait de ces plaques ne peut se faire qu'en coupant le sectionneur (libération des encoches de fixation), le chef d'équipe retire cette plaque sans difficultés. Au moment où il remet en place la plaque, une déflagration se produit, suite à un court-circuit entre phases. La victime ressent immédiatement des troubles visuels et présente des brûlures superficielles aux mains ainsi qu'au visage. Le court-circuit a également provoqué l'arrêt de la machine à papier pendant 2 heures.
Source : GIE Casq - Septembre 2006


GIE Casq -

Etat du sectionneur suite au flash

 

Analyse - Prévention - Réflexion

L'analyse de cet accident a permis de mettre en évidence les points suivants :
- intervention au voisinage immédiat de pièces nues sous tension : risque d'électrisation et/ou de court-circuit
- électricien habilité pour réaliser ce type d'intervention
- absence de port de tout équipement de protection individuelle contre les risques électriques
- équipement électrique en mauvais état apparent (plaque de plexiglas déformée, présence de calamine sous la plaque)
- travail sans analyse des risques particulière
- précipitation : cet accident a eu lieu un vendredi après midi, quelques heures avant le départ en congés de la victime

Cet accident doit nous faire réfléchir...

Analyse des risques : se poser les bonnes questions avant chaque intervention doit être un réflexe pour le donneur d'ordre comme pour l'intervenant. Par nature, les interventions de maintenance comporte des risques qu'il faut prendre le temps de déceler pour éviter l'accident.

Etre vigilant à l'égard des phases dites "de préparation" : ces phases de "non travaux" durant lesquelles se déroule la préparation d'un chantier (repérage divers, prise de cotes...) exposent parfois ceux qui les réalisent à des risques supérieurs à l'intervention elle-même puisque réalisées sur une installation en fonctionnement... Dans le cas présent, compte tenu de l'état de dégradation apparent du matériel, il aurait peut-être fallu réaliser l'intervention hors tension.

L'habilitation électrique ne rend pas isolant ! Les électriciens habilités doivent intégrer la nécessité de porter les EPI dès que le risque existe. A ce sujet, nous recommandons le port de visière contre les flash (les lunettes offrent une protection quasi nulle du visage). Le port de surgants en cuir en complément des gants isolants peut s'avérer nécessaire, ces derniers n'offrant que peu de protection contre les effets thermiques et mécaniques.

Delphine Michel - GIE Casq (Conseil Assistance Sécurité Qualité) -

Copyright Afim© 2018 - Mentions légales